AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
MERCI DE PRENDRE EN PRIORITÉ LES RÔLES MASCULINS

Partagez | 
 

 «T'as déjà eu une impression de déjà-vu ? - Non. - T'as bien de la chance, c'est trop bizarre !» ♔ Adriane & Rachele

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Adriane C. Senna
Adriane
❝Who says that true love didn't exist ? ❞

■ Messages : 112
■ Age du Personnage : 18 ans
■ Logement : Chez papa/maman *out*
■ Date d'arrivée à Vérone : 31/07/2011

♠ ♠ ♠ ♠
■ Relazioni & Famiglia:
■ Job: Etudiante en photographie et journalisme
■ Sono : obsédé(e) par quelqu'un

MessageSujet: «T'as déjà eu une impression de déjà-vu ? - Non. - T'as bien de la chance, c'est trop bizarre !» ♔ Adriane & Rachele   Mar 30 Aoû - 13:42


ADRIANE & RACHELE



Si j'avais su qu'un simple visage pourrait provoquer autant de questions dans ma petite cervelle de blondinette, je ne serais même pas entrée dans ce bar. Mais le destin et mon ignorance en avait décidé autrement ...

Je m'étais donc levée ce matin-là, ouvrant les yeux sur ma grande chambre. Je souris, apercevant un rayon de soleil à travers mes rideaux. J'allais les ouvrir en grand alors qu'ils flottaient à cause du vent qui entrait dans ma chambre par la fenêtre ouverte. Je respirais le bon air des hauteurs de Vérone et un grand sourire s'étala sur mes lèvres. Le seul truc que j'avais envie de faire en cette belle journée, c'était aller me promener. Je fonçais donc sous la douche, enfilais un top et un short, pris mon sac et sortis en trombe de la maison, m'appliquant à ne croiser personne. Il faisait déjà assez chaud et je flânais donc tranquillement pour descendre mon quartier. Je regrettais presque de ne pas avoir pris mon appareil mais c'était trop tard. En plus, mon estomac criait famine.

Je marchais donc d'un pas un peu plus rapide, levant parfois la tête pour observer le magnifique ciel bleu. Je savais exactement où aller. Le café "di romeo", mon préféré. J'adorais leurs sundaes caramel et je pouvais en manger dix d'affilée. J'en raffolais et c'était pas peu dire. Je traversais donc la moitié de la cité avant d'arriver dans le quartier. Là, je croisais ma soeur. Non mais on croyait rêver ! Je m'éloignais de la maison pour ne pas la voir et je la retrouvais à l'autre bout de Vérone ! Je me mordis la lèvre mais me fit violence pour aller lui parler. Le problème entre elle et moi c'était nos différences. Au final, lorsqu'elle me dit enfin qu'elle devait y aller, je soupirais limite de joie. Pas que je l'aimais pas mais ça faisait un moment que je ne la supportais plus. Je continuais donc mon chemin et poussais la porte du café. J'allais au comptoir et commandais un sundae avec un coca cola zéro. Une fois le tout payé et sur un plateau mis en équilibre sur mon bras droit, je me retournais pour chercher une place libre.

A cette heure là, la place était bondée. Je soupirais et repérais alors une place libre. Il y avait seulement une jeune blonde qui y était assise, seule. Je m'approchais, déposais ma commande sur la table et lui demandais :

«Je peux m'asseoir ?»

Elle releva alors la tête et je pus l'observer. Blonde, yeux marrons. Elle me rappelait quelqu'un. Je m'assis, perturbée, sans attendre sa réponse. Je restais fixée un long moment à la regarder. Pourquoi son visage me disait-il quelque chose ? Et puis il y eut un fracas derrière moi, un "heurtage" de plateau peut-être. Toujours est-il que je secouais la tête, me rendant compte à quel point je devais avoir l'air bizarre. Je tentais de sourire et me présentais :

«Désolée. Adriane Senna. Et tu es...?»


Spoiler:
 



mon troisième est une chanson
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rachele d'Aquino
Where we belongMy heart, my soul ♣ We stand alone

■ Messages : 2171
■ Age du Personnage : 24 ans
■ Logement : 24 Via G. dalla Corte, Borgo Venezia
■ Date d'arrivée à Vérone : 06/08/2010

♠ ♠ ♠ ♠
■ Relazioni & Famiglia:
■ Job: Ecrivain
■ Sono : amoureux(se)

MessageSujet: Re: «T'as déjà eu une impression de déjà-vu ? - Non. - T'as bien de la chance, c'est trop bizarre !» ♔ Adriane & Rachele   Mar 27 Sep - 10:41


On rencontre quelques fois son destin sur la route qu’on a pris pour l’éviter.

L’errance. Un bien grand mot, ou peut-être pas tant que ça. Errance. Qu’est-ce que cela signifiait, au fond ? Elle n’errait pas vraiment dans la ville comme une âme en peine. Elle se contentait peut-être juste d’être ça. Une âme en peine. Elle n’était pas perdue. Elle l’était. Elle ne savait plus vraiment ce qu’elle devait faire. Il y avait des gens qui comptaient sur elle. Sa moitié, pour commencer. Comment pourrait-elle expliquer à Julian ce qui lui arrivait ? Elle savait qu’il avait déjà senti le problème, qu’il savait que quelque chose n’allait pas chez elle. Le soupçon qu’elle lisait dans ses yeux lorsqu’elle se levait et affrontait son regard le matin la mettait mal à l’aise. Et puis il y avait Nemo. Comment pouvait-elle prétendre lui faire arrêter ses bêtises quand elle n’arrivait même pas à s’occuper d’elle. C’était une chance qu’il ait un sommeil de plomb, car à l’allure à laquelle elle se tournait et se retournait dans le lit la nuit, elle allait user les draps avant l’heure. Le sommeil la fuyait, tout comme elle fuyait la vérité. Elle avait résisté à la tentation d’appeler Joshua. Et Dieu seul savait combien elle avait envie de le voir. Mais depuis le séjour à Rome, elle comprenait que ce n’était absolument pas prudent. Les pensées fusaient dans sa tête, c’en était douloureux. Les migraines s’enchaînaient jour après jour, voire heure après heure. Elle se sentait malade, elle l’était certainement.

Comme chaque jour depuis leur retour de Rome, Rachele avait fini par atterrir au même café. Juste en face de la Casa di Giuletta. Peut-être qu’elle pourrait aller voir Tosca ? Légère secousse de la tête. Non, Tosca avait sûrement ses propres problèmes à régler pour qu’elle l’importune avec une impression. Elle remua de nouveau la cuillère dans son café. Cela faisait bien une heure qu’elle répétait ce geste, la boisson devait être froide à présent. De toute façon, elle ne la boirait pas. Elle n’avait pas soif, pas soif de liquide. Ses yeux glissèrent jusqu’à son téléphone, posé juste à côté de la tasse. Pas un seul signe quelconque de vie de la part de la technologie. Personne ne cherchait à savoir où elle était. C’était ironique. Des années auparavant, elle aurait donné n’importe quoi pour cette paix inespérée, et aujourd’hui, elle attendait une bouée de secours qui ne venait pas. Bien que ses conseils avisés lui auraient été hautement bénéfiques, elle n'avait pas non plus osé appeler Thybalt pour lui parler.

Tout à coup, un plateau fut posé sur sa table. Très rapidement suivi par une voix qui semblait s’adresser à elle. Rachele releva la tête pour fixer une jeune femme – elle ne lui donnait pas plus de dix-huit ans – qui visiblement attendait sa permission pour s’asseoir. Un rapide coup d’œil aux alentours permit à l’écrivain d’en déduire qu’elle devait avoir la seule table où il serait encore possible de s’installer. Avant qu’elle ait pu répondre, un serveur se fit bousculer par un ballon de football, surgi de nulle part, et renversa tout son plateau. Bonjour les bris de verres et les boissons par terre. Après quoi la deuxième blondinette se présenta. Rachele l’invita en silence à s’asseoir d’un geste de la main, pas très encline à s’introduire à son tour. Ses pensées avaient été interrompues, et elle avait perdu le fil de sa réflexion.

« Rachele, » finit-elle par marmonner, d’une voix indistincte. Elle n’accompagna pas son prénom de son nom de famille. Elle n’aimait pas trop qu’on la reconnaisse dans la rue, alors elle évitait de montrer ouvertement qu’elle était quelqu’un de connu. En tous cas, connue de certains milieux.

Spoiler:
 


Friends, family, love...
I want to be dependable, I want to be courageous and good. I want to be faithful so that I can be heroic and true. I want to be a friend you can rely on you can lean on and trust. I want to understand so I can forgive and be willing to love.
Revenir en haut Aller en bas
http://phalonelegacy.canalblog.com/
avatar
Adriane C. Senna
Adriane
❝Who says that true love didn't exist ? ❞

■ Messages : 112
■ Age du Personnage : 18 ans
■ Logement : Chez papa/maman *out*
■ Date d'arrivée à Vérone : 31/07/2011

♠ ♠ ♠ ♠
■ Relazioni & Famiglia:
■ Job: Etudiante en photographie et journalisme
■ Sono : obsédé(e) par quelqu'un

MessageSujet: Re: «T'as déjà eu une impression de déjà-vu ? - Non. - T'as bien de la chance, c'est trop bizarre !» ♔ Adriane & Rachele   Sam 15 Oct - 19:01


ADRIANE & RACHELE



Elle me regarda m'asseoir d'un drôle d'air et je ne pus que me faire toute petite en la voyant me toiser après que je me sois présentée. Je baissais la tête et bus une gorgée de ma boisson avant de planter une cuillère dans mon sundae. C'est à ce moment qu'elle se décida à me répondre :

«Rachele.»

C'était clair, court, précis. En gros, elle ne voulait pas engager la conversation avec moi. Je soupirais et avalais une cuillère de sundae. La fraîcheur de la glace me brûla les gencives mais, serrant les dents, je n'en montrais rien. Vu la chaleur dehors, ce n'était pas si grave. Je remuais ma cuillère dans ma glace, laissant fondre ce qu'il restait dans ma bouche. La musique était trop forte à mon goût mais heureusement, elle n'étais pas trop pourrie. Non mais regardez-moi, remarquant tous les détails insignifiant comme le fait qu'il y avait une tache de gras à 10 centimètres de mon plateau sur la table. Je suis pathétique. Il y a une blondinette en face de moi qui me rappelle étrangement quelqu'un et je n'arrive même pas à engager la conversation... Autant dire que je suis mal barrée dans la vie... Je redressais la tête vers la dénommé Rachele et la détaillais un peu mieux. Elle avait les yeux fixés sur son téléphone portable depuis le début, comme si elle attendait quelque chose qui ne venait pas... Je ressentais étrangement une sorte de compassion pour elle. Combien de fois avais-je attendu un appel, un texto d'un de mes amis pour me sortir de ma solitude? Parfois, j'en avais tellement marre que je balançais l'engin le plus loin possible. En un an, j'en étais à mon cinquième téléphone. Autant dire que je n'étais pas très patiente dans le genre... Pourtant, cette fois-ci, je faisais preuve d'une incroyable patience à l'égare de la jeune fille qui ne me parlais toujours pas. Je ne savais même pas que j'en étais capable. Enfin si mais la seule personne que j'avais un jour passer autant de temps à regarder, il ne savait presque pas que j'existais... Enfin je crois. Je soupirais encore une fois et pris mon courage à deux mains.

«Hum... Tu attends quelqu'un peut-être? Ou alors quelque chose?»

Wawh quelle perspicacité Adriane! Ah non, vraiment, je m'épate moi-même parfois! J'avais envie de me cogner la tête contre la table tellement mes questions étaient idiotes. Sa vie ne me regardait pas après tout. Pourtant, je ne pouvais m'empêcher de me sentir concernée. Etrange comme sentiment je vous dis. Je pris une autre cuillère de mon dessert, bus une gorgée de soda et, puisqu'elle n'avait pas répondu, je décidais de tenter une autre approche.

«Ecoute, je suis désolée d'être indiscrète. Vraiment. Mais j'ai l'impression de t'avoir déjà vu quelque part. On ne s'est jamais croisées?»

Je lui adressais un regard interrogateur alors qu'elle relevait la tête vers moi, plongeant ses yeux verts dans les miens. Ces yeux... Je les avais déjà vu, j'en étais certaine. Mais où? Peut-être était-elle célèbre ou je-ne-sais-quoi? Pourtant, mon petit doigt me disait que c'était autre chose. Elle paraissait aussi un peu seule et rien que son visage faisait remonter en moi de la sympathie. Mais peut-être était-ce l'effet qu'elle faisait à tout le monde? Je n'en savais rien à vrai dire mais je voulais une réponse à ma question, histoire de savoir si j'étais en train de tourner folle ou non.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rachele d'Aquino
Where we belongMy heart, my soul ♣ We stand alone

■ Messages : 2171
■ Age du Personnage : 24 ans
■ Logement : 24 Via G. dalla Corte, Borgo Venezia
■ Date d'arrivée à Vérone : 06/08/2010

♠ ♠ ♠ ♠
■ Relazioni & Famiglia:
■ Job: Ecrivain
■ Sono : amoureux(se)

MessageSujet: Re: «T'as déjà eu une impression de déjà-vu ? - Non. - T'as bien de la chance, c'est trop bizarre !» ♔ Adriane & Rachele   Mer 9 Nov - 12:17




Il n’y a rien de plus trompeur qu’un sourire...

Rachele était normalement quelqu’un d’assez sociable. Pas le genre à avoir ce comportement de pitbull grincheux qu’elle avait eu jusque-là, donc. Malheureusement pour Adriane, cette dernière était tombée au mauvais moment. Bien sûr, l’écrivain savait, au plus profond d’elle-même, que ce n’était en aucune façon la faute de la nouvelle arrivée si son monde s’arrêtait de tourner aujourd’hui parce qu’elle n’avait pas le courage d’aller se confier à ses amis, ou même à son frère. Cela ne l’empêchait pas de fixer son téléphone comme s’il allait se mettre à sonner dans la seconde qui suivait. Comme si quelque part, quelqu’un s’était inquiété réellement pour elle. Mais à trop attendre de ses proches, on en oubliait parfois que n’importe quelle main tendue, même celle d’une inconnue, pouvait nous aider à nous relever.

«Hum... Tu attends quelqu'un peut-être? Ou alors quelque chose?»

La jeune femme releva la tête et fixa sa voisine de table avec un air un peu perdu. Elle ne répondit rien cependant, mais elle comprenait à présent qu’elle devait avoir l’air, aux yeux de la demoiselle comme à ceux de toute personne se trouvant dans ce café, complètement démuni et désespéré. Super.

«Ecoute, je suis désolée d'être indiscrète. Vraiment. Mais j'ai l'impression de t'avoir déjà vu quelque part. On ne s'est jamais croisées?»

Estimant qu’elle avait assez joué à l’asociale, Rachele se força à sourire. Ce n’est pas comme si c’était la première fois qu’elle pratiquait cet exercice ces derniers temps. Sourire à Nemo pour ne pas lui montrer à quel point elle était inquiète pour lui, inquiète de le voir replonger ainsi et même plus profondément dans les abysses de l’alcool, de la drogue et de la baise, inquiète de savoir ce qu’il s’était passé chez lui pour qu’elle le retrouve en lambeaux. Sourire à Julian pour lui cacher à quel point le séjour à Rome l’avait remuée de toute part, pour dissimuler le manque croissant de Joshua que tout son être ressentait. Sourire dans ses paroles, au téléphone, quand sa mère appelait pour prendre de ses nouvelles. Sourire même quand les maux de crâne prenaient le dessus au point qu’elle en aurait souhaité perdre la tête plutôt que de subir cette douleur une seconde de plus. Sourire à une étrangère juste parce qu’elle ne voulait pas qu’on s’inquiète pour elle.

« Se croiser, je ne sais pas, mais que tu aies déjà vu mon visage… C’est possible. »

Bon, voilà, un premier pas en avant sur le chemin de la communauté. Encore un petit effort.

« Ça dépend si tu as étudié la littérature italienne moderne ou non. »

A son tour, Rachele but une gorgée de son café – complètement froid puisqu’elle l’avait laissé de côté trop longtemps – et se mit à observer la personne assise face à elle. L’observation du genre humain l’avait mené là où elle était aujourd’hui, à sa situation d’écrivain. Car, bien qu’elle se soit servie de ses propres expériences pour raconter les histoires qu’elle avait à écrire, elle s’était aussi beaucoup documentée sur les divers sujets qu’elle avait traités. Et en tant qu’observatrice avisée, elle voyait bien que, malgré sa grande maitrise de ses émotions, la jeune fille qui se tenait à sa table avait elle aussi ses propres problèmes qui lui encombraient l’esprit. Rachele supposa qu’il s’agissait d’un garçon, car c’était bien souvent la cause des tourments des femmes. Elle espérait, au fond d’elle-même, que les hommes souffraient autant, si ce n’est plus, des troubles qu’ils créaient. Après avoir hésité une minute, elle finit par reposer sa tasse vide.

« J’attends un coup de téléphone qui ne vient pas. Et toi, qu’est-ce qui te préoccupe autant ? »

Elle laissa la surprise passer avant d’ajouter :

« C’est mon métier d’étudier le comportement humain. »


Friends, family, love...
I want to be dependable, I want to be courageous and good. I want to be faithful so that I can be heroic and true. I want to be a friend you can rely on you can lean on and trust. I want to understand so I can forgive and be willing to love.
Revenir en haut Aller en bas
http://phalonelegacy.canalblog.com/
avatar
Adriane C. Senna
Adriane
❝Who says that true love didn't exist ? ❞

■ Messages : 112
■ Age du Personnage : 18 ans
■ Logement : Chez papa/maman *out*
■ Date d'arrivée à Vérone : 31/07/2011

♠ ♠ ♠ ♠
■ Relazioni & Famiglia:
■ Job: Etudiante en photographie et journalisme
■ Sono : obsédé(e) par quelqu'un

MessageSujet: Re: «T'as déjà eu une impression de déjà-vu ? - Non. - T'as bien de la chance, c'est trop bizarre !» ♔ Adriane & Rachele   Jeu 10 Nov - 19:24


ADRIANE & RACHELE



Elle m'adressa enfin la parole après ma dernière intervention. Je n'y croyais presque plus et j'étais même prête à la laisser tranquille, finir mon encas et partir sans lui dire un mot de plus. Pourtant, je n'étais pas facile à décourager mais son silence m'avait plutôt démoralisée.

«Se croiser, je ne sais pas, mais que tu aies déjà vu mon visage… C’est possible. Ça dépend si tu as étudié la littérature italienne moderne ou non.»

Je fis signe que non en secouant la tête. Etait-elle une auteur moderne ? Dommage pour elle, je préférais les anciens classiques et les pièces de théâtre (surtout françaises d'ailleurs)... Pourtant, il n'y avait rien à voir avec un quelconque livre et cela me tracassait. Un sentiment de déjà-vu sans que je sache dire où. Mais si moi je pensais me souvenir d'elle et qu'elle non, peut-être étais-je réellement en train de devenir folle ? J'avoue, ça me faisait un peu peur et c'est pour cela que j'enchaînais tout de suite avec une autre question histoire de savoir ce qu'elle attendait tellement en jetant de fréquents coups d'oeil avec son téléphone. Je savais ce que c'était et j'imaginais bien qu'elle espérait sûrement qu'un homme ou qu'un(e) ami(e) l'appelle et s'inquiète pour elle. Combien de fois étais-je partie de la maison et n'étais rentrée que bien plus tard sans que personne ne s'en aperçoive ? Bien sûr, ça fait toujours mal de savoir que certaines personnes ne s'inquiètent pas réellement pour vous... Elle me regarda, me fixa dans les yeux et me répondit :

«J’attends un coup de téléphone qui ne vient pas. Et toi, qu’est-ce qui te préoccupe autant ?»

Elle laissa passer un instant alors que je venais de relever la tête, la dévisageant, étonnée. Comment savait-elle que quelque chose me tracassait ? Je me creusais les méninges pour savoir si j'avais l'air déséspéré ou quoi (je n'en avais pourtant pas l'air dans mon souvenir du miroir ce matin) alors qu'elle se mettais à rire et m'annonçais qu'en fait, c'était son job d'étudier le comportement humain. Je rigolais doucement et bus un peu de mon soda avant de reporter mon attention vers elle. Je fis tourner ma cuillère dans mon sundae, un tic que j'avais lorsque j'étais nerveuse. Je réfléchis un moment. Devais-je dire à cette presque-inconnue ce qui me tracassait ? Après tout, elle ne me l'avait pas dit elle même si elle m'avait donné une sorte d'indice... Je me mordis la lèvre, avalais une bouchée de sundae et me décidais enfin :

«Ben, un garçon comme d'habitude. Ma soeur aussi... Et peut-être le fait qu'une inconnue dénommée Rachele me rappelle quelqu'un sans que je sache pourquoi.»

J'avais dit cette dernière phrase avec un sourire à son adresse. Le reste était vrai bien sûr. Je faisais tout pour éviter ma soeur ce qui était plutôt problématique en réalité puisque nous vivions dans la même maison. Ensuite, il y avait Alexandre. Encore que jamais je n'aurais su son nom sans mener ma petite enquête. Lui, il avait l'air de totalement m'avoir oublié. Mais comment lui en vouloir ? Après tout, la seule fois où nous nous étions vraiment vus, c'était lors d'une soirée il y a un petit moment déjà. Mais étais-je la seule à avoir ressenti ce que j'avais ressenti ce jour-là ? Bien sûr, pour vous, ce n'est pas très explicite mais si vous aviez été dans la même situation que moi, vous auriez compris... Enfin bref. Je décidais de ne pas m'éterniser sur le sujet et rempilais une nouvelle fois sur le fait que je voulais savoir qui elle était et pourquoi son visage me paraissait familier.

«Je sais que je suis insistante mais tu ne connaîtrais personne de la famille Senna ou bien on ne se serait pas croisées à l'université ?»

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: «T'as déjà eu une impression de déjà-vu ? - Non. - T'as bien de la chance, c'est trop bizarre !» ♔ Adriane & Rachele   

Revenir en haut Aller en bas
 

«T'as déjà eu une impression de déjà-vu ? - Non. - T'as bien de la chance, c'est trop bizarre !» ♔ Adriane & Rachele

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vapore Dei Sospiri :: VERONA : LA VOSTRA CITTA :: CITTA ANTICA :: Caffè "di Romeo"-
Sauter vers: