AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
MERCI DE PRENDRE EN PRIORITÉ LES RÔLES MASCULINS

Partagez | 
 

 Tu m'as vraiment oublié ? | ft Nemo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Tu m'as vraiment oublié ? | ft Nemo   Dim 4 Sep - 15:26




Tu m'as vraiment oublié ?



    J’étais arrivée à Vérone il y a peu de temps. C’était complétement différent de New York, de par le temps, la population. Tout était plus chaud, convivial ici. J’aurais pu passer de superbes « vacances ». Sauf que je n’étais pas ici pour m’amuser, bien au contraire.
    Je l’avais retrouvé, lui. Trois ans que je ne l’avais pas vu, il avait à peine changé. Du peu que je l’avais vu du moins. Mon appartement n’était pas loin de sa maison, celle qu’il partageait avec Julian et sa sœur Rachele. Je connaissais leurs noms car en bon voisin qu’était Julian, il était venu se présenter à moi. Je n’avais rien dis sur la raison de ma venue, ni sur le fait que je connaissais le jeune homme qui vivait avec lui. Non pour lui, je n’étais que Lullaby, une jeune américaine passionnée de langues, venue faire ses études dans la plus belle des villes italiennes. Tôt ou tard je révélerais la vérité.

    J’avais décidé de sortir cette après-midi, de découvrir un peu la ville. Et de voir les lieux où il se rendait habituellement. J’étais devenue une « suiveuse » hors-pair. Il ne m’avait pas encore repéré. Et là je me trouvais dans un pub où je l’avais vu entrer plusieurs fois. Je ne sais pas vraiment ce que je cherchais. Qu’il me voit et me reconnaisse ? Même ça je n’en étais pas sûr. J’avais changé en trois ans. J’étais plus sur de moi, j’avais changé ma couleur de cheveux et mon style vestimentaire. C’est comme si j’avais enterré Alice, celle qui lui avait plu.
    J’étais assise à une table de ce pub, un guide de Vérone devant moi et un verre d’ Aglianico del vulture, le meilleur vin rouge d’Italie. Je n’étais pas fan d’alcool, mais dans un pays ou le vin est une célébrité à part entière vous ne pouvez faire autrement. Je portais une chemise d’homme nouée à la taille sur un short en jean, une simple paire de spartiates aux pieds et un panama sur ma crinière châtain, autrefois brune foncée. Une tenue de vacancière en somme. Il faisait une de ces chaleurs dehors, me poser à l’intérieur était la meilleure solution même si la température n’était pas plus basse que je ne le pensais.

    Je pensais quelques instants à mon fils. Il avait trois ans, et la seule personne qui s’était occupée de lui l’abandonnait également. Mais je lui avais promis que je reviendrais, avec ou sans son père. Le responsable de ma vie. Alors que je pensais à lui, la porte du bar s’ouvrit de nouveau, faisant tinter la cloche à l’entrée. Je relevais la tête afin de voir qui entrait, curieuse que j’étais, et quelle fut ma surprise lorsque je découvrais pile la personne à qui je pensais il y a quelques secondes. Mon premier reflex fut de me tasser sur moi-même. Etais-je prête une confrontation ? Je respirais à fond pour me calmer et me redressais en une position plus naturelle. Il y avait peu de chance qu’il me reconnaisse, et surtout qu’il vienne à ma table. Je l’observais à loisir. Plus grand que dans mes souvenirs, la peau plus bronzée mais toujours ce regard perçant, et ses cheveux sombres. Un trait dont avait hérité Jayden. Il s’accouda au bar, regardant un peu partout autour de lui. Impossible de détourner le regard. J’étais si proche et si loin, du seul garçon que j’avais cru aimer et qui m’avait laissé un enfant en souvenir. C’est beau l’amour.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cesare L. Di Vicienzo
NEMO« speaking whale is hard »

■ Messages : 285
■ Age du Personnage : 18 yo
■ Logement : Chez Rachele - 24 Via G. dalla Corte, Borgo Venezia
■ Date d'arrivée à Vérone : 25/08/2011

♠ ♠ ♠ ♠
■ Relazioni & Famiglia:
■ Job: Drogué
■ Sono : ne s'attache pas

MessageSujet: Re: Tu m'as vraiment oublié ? | ft Nemo   Lun 5 Sep - 22:28




I WON'T LIE TO YOU GIRL.
You know how people say you can't live without love? Well, oxygen's even more important.



Vous avez déjà vu un drogué marcher dans la rue? Rien à dire, c'est vraiment trop drôle. Enfin, ça dépend, si vous êtes juste à coté, au lieu de rire, il vaudrait mieux que vous partiez en courant! J'en connais un, moi, un drogué. Il s'appelle Cesare, mais entre nous, on dira plutôt Nemo. Et justement, à ce moment là, il marchait dans la rue, seul, respirant l'air comme s'il s'imaginait que c'était sa dernière bouffée. Il fumait comme un pompier, se bourrait d'extasy à longueur de journée, et pire encore que ça, s'injectait de la bonne héroine dans les veines dès qu'il pouvait. Depuis qu'il était à Vérone, il peinait à trouver un dealeur, mais quand on veut on peux, alors il avait été voir pas mal de gens, en leur demandant des adresses. La plupart des gens qu'il avait abordé avait d'abord rit, mais voyant par la suite son regard meurtrier, ils avaient tous fait profil bas. Il était comme ça le Nemo, allure d'ange au coeur de pierre. Il venait de finir sa dernière dose, et s'il ne trouvait pas très vite un fournisseur, il serait en manque. Et la dernière fois qu'il avait été en manque, il avait failli tuer un pauvre petit gamin qui jouait dans un parc.
Et là, il avait pensé à son fils.
En fait, il ignorait tout de ce gamin, et même s'il était en vie. Cette naïve Alice qu'il avait mis en cloque avait peut-être fini par avorter, ou alors, elle s'était suicidé tellement sa vie était devenue nulle. De toute façon il ne se souvenait même plus à quoi elle ressemblait, la Alice, vu qu'il était complètement bourrée leur nuit d'amour, et qu'elle était défigurée par les larmes la deuxième fois qu'ils s'étaient vus. Peu importe, il n'avait pas l'esprit à s'embrouiller pour des idioties pareilles, que son fils soit en vie ou non, pour lui c'était la même chose, il n'existait pas réellement.

Nemo marchait toujours, les mains dans les poches avec son air de junkie, sa veste en cuir noire légèrement retroussée lui tenant beaucoup trop chaud. Il portait un jean bleu foncé, un tee shirt rose à l’effigie des kooks, et sa fidèle paire de wayfarer jaune flashy, bien qu'à deux heures du matin le soleil soit déjà loin. Il planait grave, tellement qu'il voyait des milliards de petites étoiles danser autour de tous les gens qu'il croisait. A quelques mètres de lui, son bar préféré. Il entra, soudain pris d'une furieuse envie de draguer quelques filles. Il se rendit alors compte, que depuis une semaine qu'il était à Verone, il ne s'était envoyé en l'air qu'une seule fois, avec une certaine Bruna qui l'avait d'ailleurs planté. Jamais encore une fille ne l'avait abandonné, et elle, avec son air de sainte-nitouche, elle l'avait regardé en lui disant " Bon, ben j'y vais. " Sacré choc pour Nemo qui s'imaginait avoir le monde à ses pieds. Quoi qu'il en soit, l’ambiance était au rendez vous dans ce petit bar.
Il fut un temps, ou il était alcoolique, mais cette époque était révolue, il était passé à bien pire. Finalement, nous ne saurons peut-être jamais lequel de la drogue ou de l'alcool le tuera. Je pencherais plutôt pour l’héroïne, même si son foie était déjà sacrément amoché...
Nemo s'installa au bar, à coté d'un belle blonde et alluma une clope. Même s'il ne buvait plus, il aimait toujours venir au bar pour rencontrer des gens, qu'il oublierait vingt-quatre heures plus tard. La blonde à coté de lui était plutôt sexy, il allait lui proposer un verre quand un homme aussi fin qu'une allumette, très grand et avec un nez énorme posa sa main sur ses hanches. Ils s'embrassèrent fougueusement, dégouttant profondément Nemo qui n'arrivait toujours pas à comprendre POURQUOI diable les moches avaient des copines aussi sexy. L'idée de la sympathie ne lui vint même pas en tête. Il se releva, bousculant le petit couple au passage. La blonde perdit l'équilibre, tomba de sa chaise et s'écrasa au sol tandis que l'étrange bonhomme criait. Premier reflex : toujours rattraper la femme mon grand! Si en plus d'être moche c'était une chochotte...
Sans même s'excuser, Cesare esquissa un sourire fier, et se faufila dans la foule. Puisque la blonde était prise, et qu'il n'était pas d'humeur à la conquérir, il n'avait qu'à se trouver une autre fille.

Assise seule à une table un peu éloignée, une jeune fille, qui semblait tout juste majeure le regardait. Elle me trouve canon, ça se voit dans son regard. Il lui sourit d'un air dragueur, et s'approcha d'elle sans imaginer une seule seconde qu'en fait ils se connaissaient. Très bien même. Assez pour avoir un fils en commun en tout cas.

- Y'a quelqu'un ici? Lui demanda t-il en pointant la chaise en face d'elle. Mais bon, vu l'air désespéré qu'elle avait, c'est clair qu'elle était seule. Ça allait être un jeu d'enfant pour Nemo, de la mettre dans son lit. A force de se croire invincible, on finit par s'en persuader...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tu m'as vraiment oublié ? | ft Nemo   Lun 5 Sep - 23:01


    Hip hip hourra ! C’est mon jour de chance ! Comme je m’en doutais il s’était dirigé vers ma table, la démarche du séducteur qui pensait qu’en un regard l’affaire était dans le sac. Pendant un instant je nous revis trois ans et quatre mois en arrière, quand il m’avait séduite et défloré ce soir-là. Pour mieux m’abandonner ensuite. Les quelques secondes où son charme avait failli agir furent balayer par la nausée que m’inspirais ce mec. Je dardais mon regard droit dans le sien, et lorsqu’il osa me demander si quelqu’un m’accompagnais, je ne pus m’empêcher de pouffer. Ses techniques de drague étaient d’un cliché. Navrant. Je fu soudain frappé par la réalité. Il ne me reconnaissait pas. Du tout. J’étais vexée qu’il ne se souvienne pas de moi, mais soulagée. Je voulais me venger, et je tenais une belle occasion. Je me regardais de haut en bas, le jaugeant. Une nouvelle gorgée de ma boisson et je lui répondis d’un ton las. « De toute façon, avec ou sans ma réponse, tu te serais assis là n’est-ce pas ? »

    Je reportais mon attention sur mon guide voyage. Vachement pratique ces conneries là. Bon ça ne valait pas les balades de Julian qui arrivait à nous perdre en ville, mais au moins j’arrivais à trouver ce que je voulais. Un coup d’œil dans sa direction et je constatais qu’il était toujours là, à me fixer. Même si en apparence j’avais l’air calme, à l’intérieur c’était tout autre chose. Je résistais à l’envie de le baffer, de lui cracher les pires insultes, de lui coller la photo de son fils qu’il voulait jeter à la mer sous le nez et de quitter le bar après ce scandale. Et encore ça ne serait rien comparé à ce qu’il m’avait fait. « Disons que je suis dans un bon jour, alors assis toi , qu’on en parle plus. » J’adoptais volontairement un ton nonchalant, qu’il comprenne que je n’étais plus le genre de fille à se faire embrigader par ses beaux yeux. Toujours aussi beaux. Shit ! Heureusement que mon fils avait les miens. Le regarder aurait été un supplice. Il s’assit donc face à moi, s’appuyant contre le dossier de sa chaise. Je posais le guide sur la table, enlevais mon chapeau et pris mon verre en main. Pas un mot. Juste son regard sur moi. Il essayait de me charmer. Désolée mon lapin mais ça fait trois ans que ça ne fonctionne plus sur moi. « Ca t’arrive souvent de venir squatter à une table avec une parfaite inconnue ? »

    J’avais du vraiment changer pour que même sous son nez il ne me reconnaisse pas. Ce n’est pas comme si j’avais pris trente ans. La vraie question était de savoir s’il avait vraiment vu mon visage ce soir-là ? Ou n’avais-je été qu’une fille, qu’un corps de plus ? Mon esprit penchait plus pour cette solution, et mon cœur d’ex-romantique espérait le contraire. J’avais tant voulu le retrouver, et maintenant que j’étais face à lui, loin de mes véritables proches, je ne savais plus trop quoi dire. Ce n’est pas le moment de flancher. Je n’avais pas fait tout ça pour rien… Qu’est-ce que j’espérais de lui ? Ca se voyait qu’il était toujours ce gamin puéril et complétement con, à cela s’ajoutait coureur de jupon et que sais-je encore. On peut dire que j’avais tiré un sacré numéro.
    Je terminais mon verre de vin, le goût acre glissant sur mes papilles. Je n’allais plus boire, car la dernière fois que j’avais été en sa présence avec de l’alcool dans le sang je m’étais retrouver enceinte. Si on pouvait éviter de réitérer cette expérience ça serait sympas, merci.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cesare L. Di Vicienzo
NEMO« speaking whale is hard »

■ Messages : 285
■ Age du Personnage : 18 yo
■ Logement : Chez Rachele - 24 Via G. dalla Corte, Borgo Venezia
■ Date d'arrivée à Vérone : 25/08/2011

♠ ♠ ♠ ♠
■ Relazioni & Famiglia:
■ Job: Drogué
■ Sono : ne s'attache pas

MessageSujet: Re: Tu m'as vraiment oublié ? | ft Nemo   Dim 11 Sep - 22:15




SEVENTEEN FOREVER
We're one mistake from being together but let's not ask why it's not right you won't be seventeen forever and we can get away with this tonight.



Et puis quoi encore, elle était folle celle là! Refuser un si beau gosse à sa table? Non, elle n'y pensait même pas, tout dans son comportement prouvait qu'elle voulait que Cesare prenne un siège à coté d'elle. Petit regard vers lui, la main dans les cheveux à la recherche d'une mèche rebelle, on retire son chapeau comme si tout était normal, léger coup d’œil vers son bouquin... Elle guettait sa réaction. Le jeune homme sourit lorsqu'elle lui répondit. « De toute façon, avec ou sans ma réponse, tu te serais assis là n’est-ce pas ? » Elle savait surement à quel genre d'homme elle avait à faire. Le genre d'homme qui te bouffe du regard et qui t'oublie dès le lendemain! Elle avait vu juste, il allait s'assoir ici même, qu'elle le veuille ou non, et si elle ne le voulait pas, elle n'avait qu'à partir. Mais ça aurait été dommage, si toutes les jolies filles étaient frigides. « Disons que je suis dans un bon jour, alors assis toi , qu’on en parle plus. »

- Au contraire ma belle, si je m'assois on en reparlera. Il s'assit. Et voilà je suis assis. Dans cinq ans, si ça se trouve, on sera les meilleures potes du monde! Ou peut-être qu'on sera mariés, qu'on aura un enfant qui sait? Même plusieurs? Ou alors, il se peut qu'en quittant cette table ce soir, une folle envie de me tuer te prennes! Et dans ce cas on dira quoi? "Tu te souviens ce jour, où tu t'es assis à ma table!" On en reparlera crois moi.

Il lui lança un de ses purs regards de tombeur, il savait parfaitement qu'il était irrésistible. L'avantage quand on est beau, c'est qu'on peut tout faire, tout raconter, on passe toujours pour un canon. Les moches eux, ils sont obligés d'être drôles, ou intelligent, sinon... les pauvres quoi. Cesare pouvait être drôle et intelligent aussi, mais la plupart du temps, il préférait ce la jouer gros con. ça marchait mieux avec les aventures d'un soir, et ça évitait toute sorte d'attaches! Pas besoin d'avoir une fille collante aux pieds, si tu te adoptes le profil connard, elles te baisent puis elles te lâchent. Nemo reporta son attention sur la jolie brunette. Sans savoir pourquoi, elle lui rappelait vaguement quelqu'un. Une actrice, une personne connue ? Il n'arrivait pas à se rappeler, mais pourtant il se souvenait l'avoir déjà aperçue. Juste au détour d'une rue peut-être... Elle ressemblait à la rousse qui jouait dans Harry Potter. La fille leva son regard sur lui. Il continua de l’observer, laissant son charme opérer. Pas une seule seconde il ne se douta que toutes ses histoires de charme, étaient enterrées depuis longtemps pour Lullaby. Ils se contemplaient, sans un mot. Puis elle prit la parole. « Ça t’arrive souvent de venir squatter à une table avec une parfaite inconnue ? » Ah, la question qui tue!

- Bien sûr, souvent. Seulement si cette parfaite inconnue en vaut la peine, chère demoiselle. Et puis, qui parle d'inconnue? Je sais qui tu es. T'as déjà jouer dans un film? Poser pour un magasine? J'ai déjà vu ton visage quelque part. Je te vois bien en actrice porno. On dit que les filles qui paraissent les plus timides sont en fait les meilleures au lit... On pourrait vérifier cette théorie un de ces quatre?

Ce soir par exemple, et après on en parle plus? Nemo souriait intérieurement, il s'attendait à se prendre un gros râteau dans la face. Cette fille paraissait maitriser ses émotions tellement bien. Soit elle avait déjà un copain, soit elle avait ses règles. Elle avait l'air de très mauvaise humeur en fait. Décoince ma belle, on est jeune faut s’amuser! Nemo s'empressa d'ajouter, avant qu'elle n'ait le temps de répondre et de l'envoyer bouler:

- Arf oublies, je suis défoncé, ça me fait dire des choses débiles parfois! Appelle moi Cesare.

Il donnait toujours son vrai prénom lorsqu'il rencontrait des gens. Cesare c'était comme une couverture pour lui, personne ne connaissait Cesare, ce mec insignifiant qui se droguait en permanence, ce petit morceau d'homme, si canon soit-il qui n'avait ni amis, ni famille. C'était la carapace qu'il avait forgé, et que tout le monde connaissait. Rares étaient les personnes qui le connaissaient comme Nemo, le petit garçon fragile détruit par la vie. Sous ses airs de diable se cachait un cœur vivant, un peu rouillé tellement son utilisation était peu fréquente.
Un jour peut-être, il réapprendrait à aimer. Pas maintenant en tout cas, là, il sortit un joint de sa pochette magique, et l'alluma au milieu de tout ces gens, comme si c'était légal, tient!


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tu m'as vraiment oublié ? | ft Nemo   Lun 12 Sep - 15:24


    Je pensais l’avoir déstabilisé en lui montrant que son charme ne marchait pas avec moi, mais ce fut le contraire. Ca lui plaisait apparemment qu’on lui résiste. Il s’assit face à moi, son regard glissant sur moi. Un vrai discours de tombeur qu’il me sortait là. Et ses mots m’hérissaient le poil. Comment pouvait-il être aussi futile ? Plusieurs remarques assassines me virent en tête et je ravalais mon venin, me contentant d’un sourire crispé.
    Je ne voulais rien dire de suite, mais je n’en pensais pas moins. Puis il répondit à ma question. Ce n’était donc pas la première fois qu’il venait draguer une fille à sa table. Au fond je m’en doutais. Il était incapable de garder ses moins loin d’une demoiselle, surtout si elle voulait la peine comme il disait. Je faillis m’étouffer lorsqu’il me dit qu’il m’avait déjà vu. Se pourrait-il qu’il me reconnaisse ? Quelques secondes suffirent à me répondre. Nemo me prenait pour quelqu’un de connu, pire pour une actrice porno. Je le fixais dans les yeux, et hésitais entre rire et le gifler. D’un il ne me reconnaissait pas du tout et c’est mon égo qui en prenait un coup, et de deux il me trouvait assez jolie pour être dans le porno. Charmant.

    Je me redressais, et posais mes mains devant moi. Je n’allais pas me laisser faire. « Vraiment ? T’arrive à te projeter dans cinq ans avec une actrice porno ? Et avec des enfants en plus ? Mais dis-moi on dirait que tu vas réussir ta vie, c’est bien. » Des enfants, je t’en fouterais moi. Quel était ce discours à la con qu’il me sortait ? Y a vraiment des filles qui tombaient dans le panneau ? En même temps un sourire et ça passait comme une lettre à la poste. Et il ajouta rapidement qu’il était défoncé. Bien, encore une bonne chose. Non mais sérieusement, comment avais-je pu craquer pour ce déchet ? « Même si tu es défoncés je ne crois pas que je viendrais vérifier. C’est ceux qui en parlent le plus qui en font le moins. De plus j’ai du goût en ce qui concerne mes partenaires. »
    Cesare… Je ne crois pas avoir entendu ce prénom lors de nos rencontres. Alors il m’avait mentit là-dessus. Avant même que je réponde il sortir un joint de sa poche et l’alluma comme si c’était naturel. Je soupirais et répondais. « Je ne sais pas si je dois être ravie de t’avoir rencontré. Moi c’est Al..Lullaby. » J’avais faillis faire une boulette. De toute façon je n’étais même pas sûr qu’il se souvienne de moi alors.

    Je pianotais du bout des doigts sur la table, le regardant fumer sa cochonnerie. Il n’avait pas trop changé dans l’ensemble. Juste quelques détails. Des cernes autour des yeux, la peau un peu creusé au niveau des joues. J’avais l’impression qu’il s’était musclé. Quand je remarquais qu’il souriait, je détournais le regard en soufflant. Il devait croire qu’il me plaisait, ce qui n’était pas le cas. Je n’étais plus la cruche d’il y a trois ans qui s’était laissé avoir comme une vulgaire biche. Il était un prédateur, et son petit numéro bien rodé me montrait qu’il l’était encore. « Je ne pensais que tu serais de ceux accro à ses saloperies. Je ne t’imaginais pas comme ça. »

    Non c’est vrai, je pensais qu’avec le temps il serait devenu plus sérieux. Comme moi. Bon en même temps il avait la plus belle vie. Une belle ville, pas d’enfants, pas de parents sur le dos. Il se faisait entretenir en plus. Nemo, ou Cesare, peu importe, était toujours un gamin. Et ça n’était pas prêt de changer. Alors que moi j’avais du grandir rapidement, faire face à mes responsabilités. En le voyant aujourd’hui, je n’avais pas envie qu’il prenne les siennes simplement qu’il en soit conscient. Pour ça j’allais employer les grands moyens.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cesare L. Di Vicienzo
NEMO« speaking whale is hard »

■ Messages : 285
■ Age du Personnage : 18 yo
■ Logement : Chez Rachele - 24 Via G. dalla Corte, Borgo Venezia
■ Date d'arrivée à Vérone : 25/08/2011

♠ ♠ ♠ ♠
■ Relazioni & Famiglia:
■ Job: Drogué
■ Sono : ne s'attache pas

MessageSujet: Re: Tu m'as vraiment oublié ? | ft Nemo   Sam 1 Oct - 15:01




E NO EASY
I'd take another chance, take a fall, take a shot for you and I need you like a heart needs a beat (But these are only words.)



Le mal de crane atroce de Nemo empirait à chaque seconde. Il fronça les sourcils et rejeta la tête en arrière. « Vraiment ? T’arrive à te projeter dans cinq ans avec une actrice porno ? Et avec des enfants en plus ? Mais dis-moi on dirait que tu vas réussir ta vie, c’est bien. » Aussitôt, le sarcasme de la belle demoiselle l'énerva. La drogue affectait sérieusement son mental, et voir une fille se rebeller ainsi au moment où il voulait vraiment s’éclater et passer une bonne soirée, ça lui minait le moral. Et puis quoi! Il n'y avait rien de mal à s'imaginer avec une actrice porno! Il tira sur son joint, s'installa un peu plus confortablement dans le creux de son fauteuil, le rapprocha de la brunette et recracha la fumée juste devant elle. Tient prends ça, mademoiselle-j'aime-pas-les-connards-finis-dans-ton-genre. « Bof c'est juste une hypothèse, y'a rien de mal à ça... »

« Même si tu es défoncé je ne crois pas que je viendrais vérifier. C’est ceux qui en parlent le plus qui en font le moins. De plus j’ai du goût en ce qui concerne mes partenaires. »
Outch. ça, ça faisait vraiment mal. Nemo s'immobilisa dans un rictus faussement outré, se demandant sérieusement à quel point son sex appeal avait disparu.« T'as tord. Encore une fois, je te proposerais bien de venir regarder un de ses jours, mais t'as pas l'air d'être le genre de fille à regarder du porno, je me trompe? » Pendant un instant, il envisagea de laisser la fille seule à sa table, avec son espèce de guide touristique qui la faisait passer pour une clocharde, et d'aller draguer une autre fille. Ou plusieurs.
Mais finalement, il se ravisea au moment où elle daigna enfin dire quelque chose de sympathique.
« Je ne sais pas si je dois être ravie de t’avoir rencontré. Moi c’est Al..Lullaby. » Alulaby, sérieusement? Ses parents devaient vraiment là détester pour lui donner ce prénom. Ou alors c'étaient des vieux chercheurs spécialisés dans l'histoire ancienne. Quoi qu'il en soit, Alullaby, c'était pas un prénom. ça faisait penser à Aluminium, et à Lullaby. Bon, Lullaby, Cesare se dit que c'était un jolie prénom, mais pourquoi ajouter A devant? Quel idée d’appeler son gosse comme Aluminium! « Alullaby.. Ouais c'est jolie. C'est pas courant mais c'est jolie. J'peux t'appeler Alu? » Il baissa le regard vers ses pieds. Il faisait vraiment chaud, mais malgré tout, il portait un jean et des converses. Depuis qu'il s'était fait tabassé par son frère bipolaire, il évitait les shorts ou les tongs, parce que ses jambes étaient couvertes de bleus, et une plaie sanglante, recouverte à l'occasion d'un sparadrap épais lui écorchait le pied, du gros orteil jusqu'au talon.

« Je ne pensais pas que tu serais de ceux accro à ses saloperies. Je ne t’imaginais pas comme ça. » Ses saloperies? Il lui en foutrai lui des saloperies. Les gosses, s'était des saloperies, les cours, les attaches, ça aussi. Mais la drogue, c'était du point de vue de Nemo, la LIBÉRATION. Depuis qu'il était à Verone, les doses avaient empiré. Il était devenu hyper accro à l'Héroine et à force de se piquer, des petits bleus à peine visible étaient apparus à l'intérieur de son coude. Le regard de Nemo s'assombrit, et il planta ses petits yeux rendus rouge par l'herbe dans ceux de la brune. « Ah oui? Et tu me voyais comment alors? Fayot ? Dans le style 18 de moyenne? Surfeur? Rappeur? » Nemo ne correspondait à aucune de ses catégories. A la limite, on aurait pu le placer du coté des skateurs, mais celui des drogués lui allait bien mieux. Au bar, une bande de jeunes filles arriva. Il les observa boire pendant quelques minutes, et pensa à Rachele. Avant, il était alcoolique, violent, il buvait par désespoir, mais il avait appris à surmonter tout ça, grâce à elle.
Ce soir, il saurait se contrôler, mais il allait boire.

« Hé, hé! Mec, apporte deux tequila porfavor! » Le gars derrière le bar le regarda interloqué. Nemo avait ses pieds sur la table, le joint à la main, c'était comme chez lui. « Heu, ok, mais.. on a pas le droit de fumer ici mon gars. Et.. heu, t'es majeur? » Il explosa d'un rire franc. ça faisait bien longtemps qu'un mec dans un bar ne lui avait pas demander son âge. Il cracha par terre, croisa les bras sur son torse et ajouta avec un clin d'oeil vers Alullaby ; « Met en quatre. »
Quelques secondes plus tard, il revint avec les quatre verres en équilibre sur un petit plateau.

C'était parti ; étape numéro deux : Saouler la victime. Il poussa un shot vers Alullaby, un autre vers lui.
Il avala cul sec.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tu m'as vraiment oublié ? | ft Nemo   Sam 1 Oct - 20:23



    Du sarcasme. Voilà ce dont il faisait preuve. Nemo était décidément toujours ce petit con prétentieux. Et il traitait les filles d’une manière effroyable. Accoster les inconnues, leur parler de sujet intimes et leur cracher de la fumée au visage. Merveilleux. Je grimaçais légèrement et roulais des yeux. Si je ne le connaissais pas je lui aurais balancé mon verre a la figure avant de sortir de ce bar. Sauf que je le connaissais, que je ne partirais pas à cause de lui et que je n’allais pas gâcher mon verre pour lui. Et il était susceptible. Ma petite remarque sur ses performances le piqua au vif. Il se défendit comme il put, ce qui me fit sourire. « Crois moi tu ignores bien des choses sur moi. » Comme si voir un porno pouvait me dégoûter. Je n’étais plus une sainte nitouche.

    Ma boulette. Sur mon prénom. Il n’avait même pas calé, se contentant de plaisanter sur l’étrange patronyme que je venais de créer. Alullaby. Son air enjoué me fit penser à Jayden. Le même sourire et la même focette. « J’ai un prénom, autant l’utiliser en entier… Quoique Lulla ça ira très bien pour toi. » Tant qu’il ne savait pas pour « Alice » alors tout irait bien. Et encore, des Alice il avait dû en avoir des tonnes.
    Quand je lui fis la remarque sur son joint, il s’assombrit et planta son regard dans le mien. Pendant quelques secondes il m’effraya. Je ne me souvenais l’avoir connu ainsi. La drogue, voilà ce qui l’avait changé. Ca changeait n’importe qui. Nemo demanda comment j’avais pu le décrire. Con, arrogant, prétentieux. Non je me contentais de sourire en coin. « T’emballe pas mon chou. J’aurais dit un peu prétentieux, culoté et dragueur. J’ai bon ? » Je ne voulais pas me brouiller avec lui maintenant. Déjà que je n’avais pas prévu de le rencontrer aujourd’hui, j’avais envie que ça dure un peu. Et que je jour où il s’en prendrait plein la gueule, ça soit le big bang.

    Il détourna le regard vers des jeunes filles en train de boire. Ça ne m’étonne pas qu’il puisse papillonner alors qu’il est déjà avec une demoiselle. Très galant. Soudain il posa les pieds sur la table et commanda deux verres. Me faire boire ? C’était ça sa technique ? Le serveur s’insurgea de sa posture, et aussi de sa commande. C’est vrai que Nemo faisait jeune comparé à moi. Il doubla sa commande après avoir craché par terre. Ce genre d’attitude me révoltait et je me demandais comment j’avais pu l’aimer. Il poussa un verre dans ma direction et but cul sec le sien. Je le fixais et le descendais cul sec aussi. Je réprimais une grimace, l’alcool fort n’étant pas mon fort. « T’avais peur que je ne relève pas le défi ? » Je pianotais sur la table du bout des doigts, tout ne le fixant. Il avait tellement changé, et quelque part j’aurais aimé qu’il se soit amélioré. Visiblement l’espoir fait vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Tu m'as vraiment oublié ? | ft Nemo   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tu m'as vraiment oublié ? | ft Nemo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vapore Dei Sospiri :: VERONA : LA VOSTRA CITTA :: SAN ZENO :: "1590" - Pub-
Sauter vers: